Il était une fois Pluri-Elles

A l’origine (le 28 février 2002 !) deux femmes boivent un café ensemble : l’une est conseillère municipale, présidente de la commission de l’intégration (Aude Joris), l’autre mène une recherche sur l’accessibilité des prestations du planning familial pour les femmes migrantes (Manuelle Fracheboud). Toutes deux ont le rêve de créer un lieu de rencontres pour les femmes suisses et migrantes. Elles font le pari de créer une association et contactent d’autres femmes motivées, prêtes à s’engager pour lui donner naissance. Le projet suscite l’enthousiasme. Une Assemblée constitutive a lieu en avril 2003. Un comité composé de 11 membres de nationalités différentes avec une co-présidence suisse et migrante prend désormais en main sa destinée, soutenu par la commission de l’intégration et des subventions de la commune de Monthey.

1ère année : septembre 2003-juin 2004
Le comité s’organise (programme, affiches..) et aménage un local à l’ancienne Caserne. 6 membres entreprennent une formation à Appartenances. Une réunion/activité est mise sur pied tous les 10 jours (alternativement le mardi soir ou le vendredi après-midi). Au total 32 rencontres sont organisées, autour d’un café (café-rencontres) ou d’une activité comme l’atelier sport (luge, promenade aquagym), l’atelier des cinq continents (présentation de pays, rencontre avec des femmes militantes de la Marche mondiale, cuisine), l’atelier recherche d’emploi, l’atelier la Suisse et les Suisses (système scolaire) et l’atelier questions de femmes (parents-ados). On décide de marquer la Journée internationale des femmes le 8 mars par une grande fête (en Biolles avec danses et contes). Des liens sont tissés avec la presse, avec l’espace Interculturel de Sierre, avec la commission de l’intégration (journées de la diversité), avec le groupement des sociétés montheysannes (adhésion), avec le théâtre du Crochetan, avec la fondation « Femmes exilées, Femmes engagées ». Pluri-Elles participe aux manifestations du 8 mars à Sion et à Monthey.

2e année : septembre 2004-juin 2005
Le comité (15 membres) mandate des commissions pour réaliser certaines tâches : réalisation du programme, recherche de fonds et organisation de la fête du 8 mars. Une charte de fonctionnement en comité est élaborée. Les réunions sont organisées toutes les 2 semaines, le mardi soir. 13 activités sont mises sur pied: cuisine (pain de partout), information-débat (LAVI, don d’organe, l’estime de soi), danse (danse orientale et biodance), activités créatrices (dessins au pastel, peinture au fer à repasser), échange de services, café-rencontre érythréen et 4 sorties (brisolée, carnaval, luge et pique-nique en montagne). La Fête du 8 mars se passe à la salle de la Gare : festival de soupes, danse orientale, biodance. Liens avec l’extérieur
: avec le Crochetan (Festival Ainsi-soient-elles), Foire de l’an, rencontre avec d’autres associations féminines organisée par le BPW avec Idées-elles et les Soroptimists. Pluri-Elles participe, dans un groupe de pilotage, au lancement de la réflexion sur le projet de la Maison du Monde. Il s’agit d’envisager un lieu pour diverses associations ayant un lien avec la migration et de créer des synergies entre elles. A l’assemblée générale, 29 personnes sont présentes et décident de créer des groupes de membres intéressées par une activité spécifique : groupes marche, activités créatrices, échange sur la migration, échange des services, contact avec d’autres associations, aménagement du nouveau local. Donc désormais il existe deux types d’activités : des activités ponctuelles et d’autres répétées dans l’année avec un responsable de groupe coordonnant l’organisation et la publicité (les groupes restent ouverts). 80 membres sont inscrites dans le fichier de l’association.

3e année : 2005-2006
En novembre, Pluri-Elles reçoit un chèque de 8000.- frs des Soroptimists qui ont organisé un gala pour encourager des « femmes artisanes de la paix ». En janvier 2006, Pluri-Elles quitte la Caserne pour s’installer à la Maison du Monde. Cette année, 21 activités sont programmées : des sorties (ail des ours, raquette, plantes sauvages), des activités créatrices (peinture sur bois, au fer à repasser), de promotion (goûter avec les participantes des cours de français), des conférences-débats ( la résolution des conflits, les traumatismes liés à la migration, le choc amoureux), maquillage et tresse, atelier d’expression avec de la terre, jeux de société, danse. Une rencontre mensuelle est aussi proposée pour partager son expérience de la migration. Des rencontres ont lieu aussi hors programme comme de la marche ou des activités créatrices. Pour la fête du 8 mars à la Maison du Monde, Pluri-Elles projette un film sur Idées’Elles, association de solidarité avec des femmes du Mali, réalisé par Carole Roussopoulos. Liens avec l’extérieur
: avec la Marche mondiale des femmes, avec la paroisse protestante (animation d’un atelier), avec la bibliothèque d’Aigle (calligraphie). L’association s’engage aussi pour le référendum contre la loi sur l’asile et sur les étrangers (participation au comité 2xnon).

4e année : 2006-2007
140 membres dont 13 dans le comité. On crée le statut de « coopératrices » pour les membres impliquées dans l’organisation d’activités et on décide de répartir les activités sur tous les jours de la semaine. 7 membres du comité entreprennent une formation « A la découverte de l’ordinateur » à l’université populaire. On réalise des plaquettes de présentation de Pluri-Elles en plusieurs langues. En octobre, le comité édicte des règles pour les activités proposées hors programme (accord requis du comité sur le principe et le mode de financement et obligation d’en faire de la publicité). En février 2007, la Maison du Monde se constitue en association et Pluri-Elles en devient membre, avec la bibliothèque interculturelle, Amnesty International, la Croix-Rouge, l’association des parents d’élèves, la Licra, des communautés étrangères. Chaque membre délègue un représentant au comité de l’association de la Maison du Monde. Pluri-Elles revendique deux représentantes pour une voix : une suissesse et une migrante. Pluri-Elles réalise son site avec l’aide de l’atelier « graphisme » d’un programme d’emploi temporaire pour demandeurs d’emploi (CRTO). Le 8 mars, une grande fête intitulée « les dessous de la burka » nous transporte en Afghanistan avec un décor oriental magnifique, un repas savoureux, de la musique typique, de la poésie, des exposés sur la situation des femmes. Au total 25 activités ont lieu cette année : conférences-débats sur la prostitution, les mutilations génitales féminines, la situation des femmes en Erythrée, les appartenances, danse orientale, confection de raviolis, de crêpes érythréennes, la cuisine et l’amour, les remèdes d’ici et d’ailleurs, une rencontre avec une femme engagée, rencontre avec la bibliothèque, avec d’autres associations valaisannes, des marches, des activités créatrices, des discussions sur la migration. Lors de l’Assemblée Générale, on révise les statuts en y inscrivant le statut de coopératrice pour les membres s’impliquant dans l’organisation des activités sans faire partie du comité et en mentionnant la possibilité pour le comité (15 membres) de préparer ses décisions au sein d’un bureau. La décision est prise d’alléger le programme l’année suivante pour participer au programme d’activités communes de la Maison du Monde. Liens avec l’extérieur : soutien à la campagne Halte à la violence organisée par Amnesty International, participation au réseau de solidarité avec les migrants en Valais qui observe les effets de la loi sur l’asile et les étrangers et organise un accompagnement des migrants dans leurs démarches administratives et à une rencontre avec des associations de femmes de Suisse romande (Camarada, Haut Récif et Appartenances). On lance l’idée de monter un spectacle qui représenterait symboliquement ce qu’on vit à Pluri-Elles.

5e année : 2007-2008
Pluri-Elles participe à la semaine du goût organisé par le théâtre du Crochetan avec M. Capelli Fête annuelle : témoignage d’une relation d’amitié entre une Rwandaise (Odette Habiyakare) et une Suissesse (Mathilde Fontannet), écrivaine, auteure de « Sous les étoiles du Rwanda »

6e année : 2008-2009
Pluri-Elles reçoit un chèque de 10000 frs de M. Luisier qui manifeste ainsi sa reconnaissance à la commune qui l’avait soutenu dans ses études lorsqu’il était jeune. Pour faire fructifier cette somme, le comité se lance dans un projet de service traiteur qui valoriserait des compétences culinaires tout en augmentant ses chances de s’insérer dans le monde du travail. Après prospection, il s’avère qu’un restaurant scolaire pour l’école de Commerce répondrait à un réel besoin. Le business plan révèle que le projet pourrait s’autonomiser s’il incluait des élèves de la Tartine (structure d’accueil) et du Cycle d’orientation. De nombreux contacts sont pris (conseillers municipaux, directeurs des écoles), des conseils avisés glanés (le cuisinier de la cantine scolaire de Martigny, le chef du restaurant du Crochetan). Puis le projet devient trop grand : la nouvelle conseillère municipale propose à Pluri-Elles de chercher un service traiteur professionnel qui collaborerait avec pluri-Elles. Fête annuelle : défilé de costumes traditionnels à la Salle de la Gare sur un podium. Des femmes de partout présentent fièrement leur culture par les habits typiques de leur pays, dans un décor grandiose.

7e année : 2009-2010
Les co-présidentes changent: une autre Suissesse et une Argentine acceptent cette responsabilité. Il s’agit de Chantal Bochud Tornay et de Carina Schwab. 180 membres dont 15 au comité. 15 activités dont la projection du film « La Forteresse » de Fernand Melgar, une soirée d’information sur les mariages forcés, ma mère dans ma vie, recettes pour pimenter sa vie de couple, l’épilation au fil, l’arrivée des premières règles, cuisine pour femmes pressées, à la rencontre de la Thaïlande, les différents permis de séjour, l’art de la récup’ Fête annuelle : destins et témoignages de femmes engagées en provenance d’Amérique latine Le comité se rend à Fribourg pour visiter Espace-Femmes.

8e année : 2010-2011
Naît l’idée de réaliser un livre de recettes de cuisine à travers des histoires de femmes qui ont compté pour pluri-Elles . Le livre sortira pour fêter les 10 ans de l’association en mars 2013. 13 activités dont les auto-massages, la projection de caramel de N. Labaki, le repas de la St-Valentin, à la découverte de son clown et pour clore l’année une paella populaire Collaboration avec le théâtre du Crochetan pour le spectacle Foucault 71 Fête annuelle : histoire de la danse, en collaboration avec trois étudiantes de l’école de culture générale

9e année : 2011-2012
Faute d’avoir trouvé une nouvelle co-présidente suisse, la co-présidente argentine doit assumer seule sa tâche. Pluri-Elles se dote d’un nouveau site internet et change sa ligne graphique Fête annuelle : Femmes exilées, femmes engagées : différents témoignages de contributions de femmes dans leur société d’accueil. La fondatrice du prix « Femmes exilées, femmes engagées » sera là. Participation à la fête de la Diversité sur le thème de l’importance de la culture et de la langue d’origine, avec l’animation d’un stand.